La pièce du Meilleur Ouvrier de France

Am, stram, gram,

Pic et pic et colégram, Bour et bour et ratatam, Am, stram, gram.

 

Quel enfant n'a jamais récité cette petite comptine, au parc ou dans la cour de récréation ? Que signifie-t-elle donc ?
Les comptines d’élimination au jeu, comme celle-ci, se retrouvent dans tous les folklores du monde.

Comptant près de 15 versions dans différentes langues, ’am stram gram’, dont les mots n'ont apparemment aucun sens, est la déformation phonétique d'une ancienne comptine germanique.
Comme de nombreuses comptines, elle commence par l'énumération première « Un, deux, trois », soit « Eins, zwei, drei » en allemand contemporain.

Pourtant, ce petit refrain n’est absolument pas enfantin :

Permettant aux enfants de ’tirer au sort’, il tirerait justement son origine d’une incantation chamanique de Scandinavie chantée en norois, une langue commune utilisée au Moyen Âge. Il s’agirait d’un rite mortuaire permettant d'invoquer Gram, le loup céleste, durant le banquet des morts (3 jours après le décès). Selon l’historien Jean-Pierre Poly, la comptine a dû apparaître avant le IXe siècle, au Nord-Est de l’Europe.

Ce rite, appelé le seiðr était, chez les anciens nordiques, un ensemble de pratiques magico-chamaniques visant à connaître le Destin ou à acquérir les propriétés d'un animal. Cette forme de magie était essentiellement dévolue aux femmes.

 

 

CHRONOLOGIE DE FABRICATION

La première étape a évidemment été le choix de la comptine.
N’ayant pas de souvenir d’une comptine particulière à mon enfance, et pas d’enfant à qui chanter une berceuse, mon choix s’est rapidement porté sur la comptine 《Am Stram Gram》:
Le côté historique et très ancien, et l’interprétation de ce refrain m’ont tout de suite plu.

Après des recherches sur le sens caché de la comptine, la couleur de base de la future parure s’est imposée. S’agissant d’un rite funéraire inspiré d'anciens rites chamaniques invoquant le monde de la nuit, le noir paraissait indispensable. Suite à quelques réflexions sur un montage approximatif pour m’aider à mieux visualiser les perles qu’il était possible de réaliser, est venu l’étape la plus difficile pour moi :

Les essais de perles sculptées représentant des animaux.
Travaillant d’ordinaire l’abstrait, cette étape a été le plus grand défi de cette préparation au concours, et la plus chronophage.
Entre temps, j’ai pu commencer la fabrication de quelques perles intermédiaires, avec des techniques différentes.
Ces perles intermédiaires ont été voulues abstraites : elles illustrent la magie, la transformation (appeler l’esprit loup ou devenir l’esprit loup), la nature, les éléments.
La sublimation métallique des perles, fusion du métal et du verre, est un choix donné par le thème chamanique et alchimique. Les couleurs obtenues rappellent ainsi la symbolique de la "transmutation du plomb en or" mais aussi la lumière du feu et de la Lune.

Les perles sculptées illustrent le loup Gram, appelé lors du rituel funèbre. Les corbeaux et la chouette symbolisent le deuil et l’atmosphère nocturne.

Il a fallu ensuite se fixer sur le montage, c’est là que m’est venu l’idée du bois flotté, un matériau que j’aime utiliser pour les présentations de pièces.

La branche choisie pour le montage se prêtait particulièrement au thème de la comptine (élément naturel rappelant la forêt et le chamanisme) et épousait la forme du corps de manière à former un collier agréable à porter et esthétique. Nous connaissons《Am Stram Gram》comme une comptine rythmique.

Le montage a été pensé pour rappeler les 5 lignes d’une portée musicale. Le dos du collier rappelle le rythme de la comptine (au total 8 noires et 12 croches) qui se répéterait de manière aléatoire. Les perles à l’avant du collier, quant à elles, illustrent ”l’histoire”.

S’est ensuite posée la question du raccord entre le dos et l’avant du collier : il fallait un élément qui puisse supporter le poids de toutes les perles, les tensions de cinq fils de chaque côté, et qui puisse venir se poser sur l’épaule de manière esthétique.

 

Après essai avec un morceau de bois flotté (inesthétique), il est apparu indispensable de réaliser cette pièce en verre, mon choix s'est porté sur le verre borosilicate pour assurer la solidité du tout. J’ai rencontré là encore des difficultés techniques : il fallait penser une pièce imposante avec dix points d’attache pour les fils, et travailler sans mandrin un verre que je n’utilise habituellement pas, dans du noir mat particulièrement compliqué à maîtriser.
La totalité des perles, exceptée cette pièce intermédiaire sont travaillées en sodocalcique.
Pour correspondre au thème, j'ai choisi de réaliser une feuille en verre massif qui puisse lier solidement les deux parties de la parure.

Une fois cette pièce réalisée, j’ai pu travailler des perles pour un nouvel élément dans la parure : le brin, ou la baguette magique mentionnée dans la comptine. Élément indissociable de la parure puisque le bâton de pouvoir en chamanisme est indispensable à l’officiante de la cérémonie. Il permettrait, entre autres, l’évocation des esprits.

Prenant pour exemple les bâtons chamaniques, morceaux de bois ornés de différentes matières, le montage a été pensé de manière très simple pour correspondre à cet objet rituel :
Utilisé pour les sejdr (transe chamanique), il se trouve la plupart du temps simple dans son expression, le chaman usant de sa forme, de la nature du bois et de quelques éléments significatifs pour lui.

Le bracelet et les boucles d’oreilles sont voulues asymétriques, rappellent le thème principal (à la fois dans le montage et les perles réalisées pour ces éléments de la parures) et ont été pensés pour sublimer l’ensemble.

 

 

1 article

Filtrer par

Entre
et
+ Afficher le menu
Paiement sécurisé Paiements sécurisés CB & Paypal
Livraison rapide Expédition & Livraison rapide sous 24h
Service client À vos côtés 7j / 7 !

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,